disgracier

disgracier [ disgrasje ] v. tr. <conjug. : 7>
• 1552; de disgracié
Priver (qqn) de la faveur qu'on lui accordait. Disgracier un ministre. destituer, renvoyer. ⊗ CONTR. Favoriser, protéger.

disgracier verbe transitif (italien disgraziare) Littéraire. Retirer à quelqu'un la faveur dont il jouissait ; destituer : Le roi avait disgracié son Premier ministre.disgracier (synonymes) verbe transitif (italien disgraziare) Littéraire. Retirer à quelqu'un la faveur dont il jouissait ; destituer
Synonymes :
- discréditer

disgracier
v. tr. Priver de sa faveur, de ses bonnes grâces. Disgracier un favori.

⇒DISGRACIER, verbe trans.
A.— [Correspond à disgrâce A] Mettre une personne en disgrâce, lui retirer ses faveurs, ses bonnes grâces. M. de Pomponne, (...) qui avait paru d'abord si bien réussir, fut brusquement disgracié en novembre 1679 (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 5 1859, p. 49) :
On sait quel absurde prétexte prit l'empereur, à son retour, en plein conseil d'état, pour disgracier son ministre [Fouché] et le punir d'avoir sauvé la France sans lui.
BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes, 1844, p. 139.
B.— [Correspond à disgrâce A et B] Être disgracié de/ par la nature. Être défavorisé par la nature, manquer de grâce et d'attrait.
[En parlant d'une pers.] Si disgraciée de la nature soit-elle, il est rare qu'une femme atteigne à la laideur totale, absolue (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 303).
[En parlant d'une chose concr.] Une contrée bien disgraciée de la nature, bien abandonnée des hommes (THARAUD, An prochain, 1924, p. 146).
Prononc. et Orth. :[]. Le timbre ant., tendance normale en syll. inaccentuée, est donné ds DG, PASSY 1914, Pt ROB., Pt Lar. 1968 et Lar. Lang. fr. Les dict. plus anc. notent que la syll. est brève (cf. FÉR. Crit. t. 1 1787). Seul WARN. 1968 transcrit [] post. d'apr. disgrâce. Le verbe est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1552 disgracier « priver des faveurs (de quelqu'un) » (G. GUÉROULT, Chron. des empereurs, 1, 56 ds DELB. Notes). Empr. à l'ital. disgraziare « id. », attesté dep. 1re moitié XVe s. (G. de Conti ds BATT.), dér. de disgrazia (disgrâce). Desgracier « dire des paroles déplaisantes », attesté isolément au XVe s. [ms.] (Frère LAURENT, Somme le Roi, éd. C. Bosser ds Romania, t. 24, p. 69), est prob. dér. de grâce, préf. des-(dis-), dés. -ier. Fréq. abs. littér. :9. Bbg. SAR. 1920, pp. 8-9.

disgracier [dizgʀasje] v. tr.
ÉTYM. 1552; de disgracié.
Littéraire.
1 Priver (qqn) de la faveur qu'on lui accordait. || Disgracier un ministre. Destituer, renvoyer. || Il a été disgracié à la suite d'une maladresse.
0 On sait quel absurde prétexte prit l'empereur, à son retour, en plein conseil d'état, pour disgracier son ministre (Fouché) et le punir d'avoir sauvé la France sans lui.
Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, Pl., p. 754.
2 Fig. (au passif). || Il a été bien disgracié par (de) la nature. Disgracié.
CONTR. Favoriser, protéger.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • disgracier — DISGRACIER. v. a. Cesser de favoriser quelqu un, le priver de ses bonnes grâces. Ie Roi l a disgracié. Son imprudence le fit disgracier. Disgracié, ée. participe. f♛/b] On dit, qu Un homme est disgracié de la nature, ou simplement, Disgracié,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • disgracier — Disgracier. v. act. Priver de ses bonnes graces. Le Roy l a disgracié. son imprudence le fit disgracier …   Dictionnaire de l'Académie française

  • DISGRACIER — v. a. Cesser de favoriser quelqu un, le priver de ses bonnes grâces. Le roi l a disgracié. Son imprudence le fit disgracier. DISGRACIÉ, ÉE. participe, Un ministre, un courtisan disgracié.   Être disgracié de la nature, ou simplement, Être… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DISGRACIER — v. tr. Priver quelqu’un de ses bonnes grâces, de la faveur qu’on lui accordait jusqu’ici. Son imprudence le fit disgracier. Un ministre disgracié. être disgracié de la nature, ou, simplement, être disgracié, Avoir quelque chose de défiguré, de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • disgracier — (di sgra si é), je disgraciais, nous disgraciions, vous disgraciiez ; que je disgracie, que nous disgraciions, que vous disgraciiez, v. a. Retirer ses bonnes grâces à quelqu un. Le roi l a disgracié. HISTORIQUE    XVIe s. •   Toute hospitalité me …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • disgracié — disgracié, iée [ disgrasje ] adj. et n. • 1546; it. disgraziato « malheureux » 1 ♦ Qui n est plus en faveur, qui est tombé en disgrâce. Un ministre disgracié, destitué. « L ambassadeur disgracié, le chef de bureau mis brusquement à la retraite [ …   Encyclopédie Universelle

  • dizgraţia — DIZGRAŢIÁ, dizgraţiez, vb. I. tranz. A lipsi pe cineva de bunăvoinţa, de favoarea de care s a bucurat până atunci, a i retrage favoarea. [pr.: ţi a] – Din fr. disgracier (după dizgraţie). Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DEX 98 … …   Dicționar Român

  • Charles de La Vieuville — Pour les articles homonymes, voir La Vieuville (homonymie). Charles de La Vieuville …   Wikipédia en Français

  • limoger — [ limɔʒe ] v. tr. <conjug. : 3> • 1916; de Limoges, ville où Joffre affecta des généraux jugés incapables ♦ Fam. 1 ♦ Relever (un officier général) de son commandement. « Il laissait entendre qu on avait limogé Percin » (Proust). 2 ♦ Frapper …   Encyclopédie Universelle

  • protéger — [ prɔteʒe ] v. tr. <conjug. : 6 et 3 • 1395; lat. protegere « couvrir en avant » 1 ♦ Aider (une personne, un animal) de manière à mettre à l abri d une attaque, des mauvais traitements, d un danger. ⇒ défendre, secourir. Protéger les plus… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.